L'antre du lapin blanc

Un peu de tout, peut-être de rien... Comme partout & ailleurs; des mots qui volent sans vraiment se poser

23 février 2010

Je commence toujours à écrire par "et", "puis", "aussi"... Comme si mon instinct voulait me rappeler que je ne désire pas (me) commencer, mais bien me continuer, dans la recherche d'un minimum de logique (mais oui, ma paradoxale cohérence !).Même chose pour les fins de phrases, je dois me faire rigueur pour déposer de simples points. Quand y'en a plusieurs ça me fait bien moins peur ! Pourtant, les débuts ne sont pas des f(re)ins et les tristesses font (du) bien. Du mal à finir ou plutôt à commencer... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 février 2010

La philoso-vie c'est ça aussi

Si toi tu avances avec ta forrrrmule un, et que, beeen, tu laisses les autrrrres avancer avec leurrrr trrrrrotinette, ça va pas.Il faut plutôt qu'on montrrrre qu'on a envie d'avancer tous ensemble dans le même bus. _____________________Parole de marrrrrrraîcher, magie !
08 février 2010

Et puis, marcher.

Tout comme l'"O" de l'Océan, la confiance en (la beauté de) la vie semble parfois se retirer bien loin. Et tous les efforts possible ne perturbent pas le cours des éléments ; aussi utiles que des barrages de passoires, les choses s'éloignent, impassibles. Fort heureusement, on sait parfaitement que l'eau reviendra, mais pas exactement quand. Rien ne sert de la presser, elle sait se faire désirer ! D'instinct, ce genre de parcelle d'incertitude (m')encourage à une prostration totale alors même que la plus sûre façon... [Lire la suite]
27 janvier 2010

Froid de janvier

Quand il fait si froid au dehors que ça m'imprègne dedans,Que la culpabilité est trop forte (ou la frustration pas assez, c'est ça le problème de la vie sympathique) pour que je m'offre un bain bien chaud,Quand il semble même faire froid au dedans de mon dehors,Que je n'ai pas d'ailleurs où aller m'agiter pour (m'/tout )oublier... Mon remède cette année c'est le pain d'épice-grillé-beurré et un beau (euh, bon) thé ; qui a dit qu'il était obligatoire de se faire chier ?
26 janvier 2010

"JE NE METTRAI PLUS DE PETITS MACHINS COMME CA QUE DE PLACE EN PLACE, PARCE QUE CELA DEVIENT EMMERDANT."                                                                                   Boris Vian, « Pensées Non-inédites de l'Automne à Pékin »
20 janvier 2010

Ce que je pense de lui [Le Wifi]

Je vous gracie (presque) en tant qu'entité lectrice (la super chance, en live vous n'y auriez pas coupé ! Heu, d'ailleurs, vous n'y avez probablement PAS coupé...) de celle conçernant les potentiels effets néfastes des gigas réseaux wifi dans les facs (et oui, on saura avec certitude dans quelques décennies si elles étaient méchantes les ondes, mais tous nos cerveaux seront grillés, donc on sera comme des pignoufs, puis on deviendra super dépendants des universitaires sortant des PED, juste vengeance des technologies) (Tiens,... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 16:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

15 janvier 2010

Vivre une vie et n'en garder que quelques tirages papier [Partie 6]

. . De jolis tags qui parlent de tristesse quand le ciel brille [à Valence, annonciateur des torrents de Grenade ?!]
06 janvier 2010

Vivre une vie et n'en garder que quelques tirages papier [Partie 5]

. . Mur de Fac de Grenade,Le chat de Schrödinger se mêlerait-il de politique ?
Posté par Eglantine B à 09:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
21 décembre 2009

Revoir Grenade puis mourir

Mais dans la situation actuelle (arrivee a Grenade depuis ce matin, et nous sommes aussi flagada l·une que l·autre... sauf qu·elle, elle s· en fout de me voir dans cet etat alors que moi, j·aurais aime pouvoir la regarder un peu seche a defaut de me sentir bien dans mon ventre), mes attentes se resumeraient donc plutot par...“Voir Grenade au soleil avant d·etre morte”
21 décembre 2009

Lister les idees, ca rechauffe et permet d·oublier... la pluie !

A faire pour valider un vrai voyage de “True girl on the road” (une suite de la liste toujours aussi peu exhaustive) : + Se retrouver sans s·y attendre dans discretes rues a prostituees+ Rencontrer des gens avec qui on a des points communs trop gros et c·est dingeuh de s·etre rencontres alors qu·on aurait si facilement pu ne pas le faire, et puis meme que d·ailleurs y·a pas de hasard et la vie c·est trop fou, houlala, choupitrocool d·etre heureux, ca nous donnerait presque envie de devenir des gens positifs et relax toute... [Lire la suite]