L'antre du lapin blanc

Un peu de tout, peut-être de rien... Comme partout & ailleurs; des mots qui volent sans vraiment se poser

18 juillet 2011

Mexique...

Je ne blogue plus franchement,mais je m'apprête à le faire un rien, le temps de (ces) deux mois de voyage au Mexique.Pas de récit exhaustif (a priori), mais des preuves de vie sont trouvables à l'adresse suivante : http://mesailleurs.canalblog.com/.
Posté par Eglantine B à 01:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 avril 2010

Un autre monde est possible

. A Maastricht, peu de "roni-mobylette"... pas que ça soit la fin du survet'-casquette (ouf, on a eu chaud !) mais ils assument sans complexe d'être "roni-bicyclette" (qui veux parler de pédales ?) ! .
Posté par Eglantine B à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 mars 2010

Le petit oiseau est sorti

Minuit.Sol de la salle-de-bain, je m'imprègne. Plusieurs années que je n'avais plus eu de sol où me faire le plaisir de me coucher. Cette salle-de-bain est parfaite, avec son grand chien assis (hiiiiiii, j'avais jamais dis ni écris ceci !), au dessus de la baignoire : je m'y reflète un rien quand je prends mon bain, sinon il me sert d'anti-miroir de tête lorsque je m'apprête à sortir le soir. Je lève les yeux, vois mes lunettes et mes cheveux flous, rien de plus... je dois donc être prête !? Le matin, j'y jette un oeil comme... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 février 2010

Je commence toujours à écrire par "et", "puis", "aussi"... Comme si mon instinct voulait me rappeler que je ne désire pas (me) commencer, mais bien me continuer, dans la recherche d'un minimum de logique (mais oui, ma paradoxale cohérence !).Même chose pour les fins de phrases, je dois me faire rigueur pour déposer de simples points. Quand y'en a plusieurs ça me fait bien moins peur ! Pourtant, les débuts ne sont pas des f(re)ins et les tristesses font (du) bien. Du mal à finir ou plutôt à commencer... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 février 2010

Le Ti-pe ron-pe-cha ge-rou

(et sa reum la mère-grand, et son ti-pe pot de reu-beu) . . Nuits et matins de neige-surprise.La solitude ouatée des déambulations glacées me permet de me complaire loin de certaines désillusions : je ne m'y suis qu'harmonie vu que le blanc recouvre mes craintes de ne pas être à  "ma juste place". La vie continue de (bien) (se) passer sans trop me donner l'impression que je suis dépassée.Parfois je griffonne des (gros) mots dans des coins de mon ciboulot ; quand je les prononce, pas trop haut, je... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 23:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 février 2010

La philoso-vie c'est ça aussi

Si toi tu avances avec ta forrrrmule un, et que, beeen, tu laisses les autrrrres avancer avec leurrrr trrrrrotinette, ça va pas.Il faut plutôt qu'on montrrrre qu'on a envie d'avancer tous ensemble dans le même bus. _____________________Parole de marrrrrrraîcher, magie !

08 février 2010

Et puis, marcher.

Tout comme l'"O" de l'Océan, la confiance en (la beauté de) la vie semble parfois se retirer bien loin. Et tous les efforts possible ne perturbent pas le cours des éléments ; aussi utiles que des barrages de passoires, les choses s'éloignent, impassibles. Fort heureusement, on sait parfaitement que l'eau reviendra, mais pas exactement quand. Rien ne sert de la presser, elle sait se faire désirer ! D'instinct, ce genre de parcelle d'incertitude (m')encourage à une prostration totale alors même que la plus sûre façon... [Lire la suite]
06 février 2010

Ecrémaillerie

Posté par Eglantine B à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
27 janvier 2010

Froid de janvier

Quand il fait si froid au dehors que ça m'imprègne dedans,Que la culpabilité est trop forte (ou la frustration pas assez, c'est ça le problème de la vie sympathique) pour que je m'offre un bain bien chaud,Quand il semble même faire froid au dedans de mon dehors,Que je n'ai pas d'ailleurs où aller m'agiter pour (m'/tout )oublier... Mon remède cette année c'est le pain d'épice-grillé-beurré et un beau (euh, bon) thé ; qui a dit qu'il était obligatoire de se faire chier ?
26 janvier 2010

"JE NE METTRAI PLUS DE PETITS MACHINS COMME CA QUE DE PLACE EN PLACE, PARCE QUE CELA DEVIENT EMMERDANT."                                                                                   Boris Vian, « Pensées Non-inédites de l'Automne à Pékin »