L'antre du lapin blanc

Un peu de tout, peut-être de rien... Comme partout & ailleurs; des mots qui volent sans vraiment se poser

09 février 2010

La philoso-vie c'est ça aussi

Si toi tu avances avec ta forrrrmule un, et que, beeen, tu laisses les autrrrres avancer avec leurrrr trrrrrotinette, ça va pas.Il faut plutôt qu'on montrrrre qu'on a envie d'avancer tous ensemble dans le même bus. _____________________Parole de marrrrrrraîcher, magie !

08 février 2010

Et puis, marcher.

Tout comme l'"O" de l'Océan, la confiance en (la beauté de) la vie semble parfois se retirer bien loin. Et tous les efforts possible ne perturbent pas le cours des éléments ; aussi utiles que des barrages de passoires, les choses s'éloignent, impassibles. Fort heureusement, on sait parfaitement que l'eau reviendra, mais pas exactement quand. Rien ne sert de la presser, elle sait se faire désirer ! D'instinct, ce genre de parcelle d'incertitude (m')encourage à une prostration totale alors même que la plus sûre façon... [Lire la suite]
27 janvier 2010

Froid de janvier

Quand il fait si froid au dehors que ça m'imprègne dedans,Que la culpabilité est trop forte (ou la frustration pas assez, c'est ça le problème de la vie sympathique) pour que je m'offre un bain bien chaud,Quand il semble même faire froid au dedans de mon dehors,Que je n'ai pas d'ailleurs où aller m'agiter pour (m'/tout )oublier... Mon remède cette année c'est le pain d'épice-grillé-beurré et un beau (euh, bon) thé ; qui a dit qu'il était obligatoire de se faire chier ?
20 janvier 2010

Ce que je pense de lui [Le Wifi]

Je vous gracie (presque) en tant qu'entité lectrice (la super chance, en live vous n'y auriez pas coupé ! Heu, d'ailleurs, vous n'y avez probablement PAS coupé...) de celle conçernant les potentiels effets néfastes des gigas réseaux wifi dans les facs (et oui, on saura avec certitude dans quelques décennies si elles étaient méchantes les ondes, mais tous nos cerveaux seront grillés, donc on sera comme des pignoufs, puis on deviendra super dépendants des universitaires sortant des PED, juste vengeance des technologies) (Tiens,... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 16:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
16 janvier 2010

Vivre une vie et n'en garder que quelques tirages papier [Partie 7]

Comme cela devient l'usage, un "noël-libre" avec de belles gens qu'il n'est pas nécessaire de connaître de longue date.... . ... Et puis, bien sûr, des fous et des rêveurs (dont je n'enlèverai pas les yeux rouch') à "l'Association" du même nom à Lisboa .
Posté par Eglantine B à 23:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
29 novembre 2009

Ma première dernière ?

La symbolique des dernières fois est autrement magique que celle des premières... En grande partie parce que la plupart de nos premières peuvent être identifiées en tant que telles (premiers pas, premier livre lu tout seul, premier baiser, première sortie du pays, premier opéra, première nuit dans son premier appart, première facture à payer...).Alors que les dernières fois sont souvent bien plus discrètes [sans pour autant sombrer dans le mélo, force est de constater que si "ce souffle là est le dernier"... c'est bien... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 12:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 novembre 2009

Les nuits se ressemblent mais ne se confondent pas

Dernière nuit quelque part, première ailleurs ; énièmes dé-parts, nouveau mei-ailleurs. Même lorsque rien ne change, il est clair que les choses ne sont plus les mêmes. Le temps s'écoule différemment alors que les tic-tac marquent partout les mêmes secondes.Les mots peuvent nous surprendre avec de nouveaux sens alors même qu'on les entend pour la 10.000ème fois.Les attentes qu'on croit être nôtres se précisent elles-aussi... même si c'est pour se ré-enrouler rapidement dans un manteau de flou brumeux. . Encore un... [Lire la suite]
15 septembre 2009

Les jours où je suis "incapable de tout"...

A mettre sur le compte de mon esprit romantique un peu amer ? Peut-être... Des moments parfaits pour un seul fait : (m')arrêter. Qu'importe de savoir ce qu'il faut que j'arrête vu que la seule chose de sûre c'est que je suis prise sur le fait : je suis prête. Je m'arrête sur l'arrête d'une défaite qui, en fait, ne s'y prête guère.Je m'apprête sur un air de fête, la crête nette, la raie faite ; j'matte ma tête qui s'reflète. Que dire de plus ?Je suis charrette !? Grosses peurs d'a(d)venir, petit mal de gorgette, il ne reste... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
28 août 2009

When saturday morning is a friday afternoon

Il aura fallut huit ans de courses du samedi matin... le samedi matin pour que Mr. A. me propose, l'air de rien, que je vienne un vendredi "puisque demain c'est férié". Et pour qu'il accepte ensuite de déplacer les courses d'une journée "parce que j'avais des projets pour le week-end". Comme si cela allait de soi, alors qu'il y eut bien des fois où, samedi férié ou pas, il refusa.Parce que "les courses du samedi, c'est le samedi ou c'est pas du tout"... C'est marrant de voir le(s) temps... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
21 mai 2008

Ne nous pressons pas, chacun vieillira

. . . . . . . . . . Je pense à M. A. en cette journée où je met beaucoup de parenthèses. Ces derniers mois/cette dernière année je le vois vieillir plus vite: il oublie plus (ou retient moins, tout est question de point de vue mais malheureusement, quel qu'il soit, il ne récupèrera pas de "mémoire  vive").C'est étrange car cela fait à peu près autant de temps que je voie mon "grand père de sang" français en faire de même, pour lui pas d'oubli flagrant mais plutôt du... [Lire la suite]
Posté par Eglantine B à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,